Élimination de la batterie

Les anciennes batteries ne doivent pas être éliminées dans les ordures ménagères! Tu peux restituer les batteries usagées gratuitement. Aide-nous à recycler!

Informations générales / Instructions d’élimination

Une batterie de vélo électrique a une durée de vie d’environ 5 à 6 ans. Cette durée de vie dépend cependant très fortement de la fréquence d’utilisation et de la manipulation. Une bonne manipulation a un impact positif sur la durée de vie. Une fois la durée de vie écoulée, la batterie n’est pas défectueuse, mais ne fournit simplement plus la puissance souhaitée. La capacité de la batterie du vélo électrique diminue d’un certain pourcentage d’année en année. L’autonomie offerte par une charge s’en trouve ainsi réduite. Le moment à partir duquel une batterie ne peut plus être utilisée, est subjectif.

Une fois que la batterie est usée, elle ne peut pas être éliminée dans les ordures ménagères. Les batteries lithium-ion peuvent être remises à tous les points de vente de vélos électriques ainsi que dans les centres d’élimination/déchetteries des communes où elles sont recyclées et non pas éliminées. Le mieux est de ne pas conserver la batterie à la maison, mais de s’en débarrasser immédiatement. Garder la batterie entraîne des risques et le nombre de cellules de batterie recyclables diminue car la batterie se décharge profondément.

Que se passe-t-il une fois que j’ai remis ma batterie?

Les batteries de vélo électrique sont transformées en Suisse par la société Batrec. Celles-ci sont mises dans de l’eau salée pendant plusieurs semaines pour qu’elles se déchargent totalement. Le risque d’une inflammation est ainsi évité. Elles sont ensuite broyées sous l’eau pour éliminer l’électrolyte inflammable. La préparation mécanique a ensuite lieu: les films d’aluminium et de cuivre ainsi que le plastique sont séparés de la masse noire. En plus du graphite qui confère la couleur noire, cette poudre comprend également du cobalt, du nickel, du manganèse et du lithium. Ces matériaux sont récupérés dans une usine sœur de Batrec. Environ 95% des matériaux précieux que sont le cobalt et le nickel peuvent être récupérés. Contrairement à ce que son nom laisse supposer, une batterie lithium-ion n’est pas principalement composée de lithium. Elle n’en contient que 3 % env. Ce lithium est mis au rebut à la décharge avec les autres résidus. Une récupération serait théoriquement possible, mais ne vaut pas la peine car la matière première coûte actuellement bien moins cher. Si les quantités de recyclage et la demande de lithium devaient nettement augmenter au cours des prochaines années, cela pourrait bientôt changer.

Une nouvelle vie

Une batterie de vélo électrique mise au recyclage n’est pas forcément défectueuse. Sa capacité de stockage est trop faible (à partir de 40% environ) pour être utilisée sur un vélo. Ces batteries suffisent cependant comme accumulateur stationnaire. Ainsi, plusieurs batteries assemblées peuvent être utilisées en seconde vie comme système de stockage pour les installations solaires. Dans ce cas, il est cependant plus attrayant d’utiliser les batteries usagées de voitures électriques. De nombreux systèmes de stockage de ce genre sont déjà en service. Une autre possibilité est de réutiliser les différentes cellules des batteries usagées. Une batterie de vélo électrique se compose d’un grand nombre de petites cellules connectées en série qui présentent la forme cylindrique typique des piles d’appareils. Si une seule cellule est défectueuse, la batterie entière ne fonctionne plus. La start-up suisse Libation poursuit l’objectif de trouver les cellules encore fonctionnelles pour construire de nouvelles batteries à partir de celles-ci. Le défi consiste alors à contrôler la dégradation, la capacité et la sécurité et l’autodécharge des cellules. Ces batteries surcyclées ne sont pas encore prêtes à être commercialisées. Les premiers essais sur le terrain ont cependant déjà été réalisés. Elles pourraient être utilisées par exemple dans des petits véhicules, tels que les chaises roulantes ou les véhicules de nettoyage.

Les anciennes batteries ne doivent pas être éliminées dans les ordures ménagères! Tu peux restituer les batteries usagées gratuitement. Aide-nous à recycler! Informations générales /... mehr erfahren »
Fenster schließen
Élimination de la batterie

Les anciennes batteries ne doivent pas être éliminées dans les ordures ménagères! Tu peux restituer les batteries usagées gratuitement. Aide-nous à recycler!

Informations générales / Instructions d’élimination

Une batterie de vélo électrique a une durée de vie d’environ 5 à 6 ans. Cette durée de vie dépend cependant très fortement de la fréquence d’utilisation et de la manipulation. Une bonne manipulation a un impact positif sur la durée de vie. Une fois la durée de vie écoulée, la batterie n’est pas défectueuse, mais ne fournit simplement plus la puissance souhaitée. La capacité de la batterie du vélo électrique diminue d’un certain pourcentage d’année en année. L’autonomie offerte par une charge s’en trouve ainsi réduite. Le moment à partir duquel une batterie ne peut plus être utilisée, est subjectif.

Une fois que la batterie est usée, elle ne peut pas être éliminée dans les ordures ménagères. Les batteries lithium-ion peuvent être remises à tous les points de vente de vélos électriques ainsi que dans les centres d’élimination/déchetteries des communes où elles sont recyclées et non pas éliminées. Le mieux est de ne pas conserver la batterie à la maison, mais de s’en débarrasser immédiatement. Garder la batterie entraîne des risques et le nombre de cellules de batterie recyclables diminue car la batterie se décharge profondément.

Que se passe-t-il une fois que j’ai remis ma batterie?

Les batteries de vélo électrique sont transformées en Suisse par la société Batrec. Celles-ci sont mises dans de l’eau salée pendant plusieurs semaines pour qu’elles se déchargent totalement. Le risque d’une inflammation est ainsi évité. Elles sont ensuite broyées sous l’eau pour éliminer l’électrolyte inflammable. La préparation mécanique a ensuite lieu: les films d’aluminium et de cuivre ainsi que le plastique sont séparés de la masse noire. En plus du graphite qui confère la couleur noire, cette poudre comprend également du cobalt, du nickel, du manganèse et du lithium. Ces matériaux sont récupérés dans une usine sœur de Batrec. Environ 95% des matériaux précieux que sont le cobalt et le nickel peuvent être récupérés. Contrairement à ce que son nom laisse supposer, une batterie lithium-ion n’est pas principalement composée de lithium. Elle n’en contient que 3 % env. Ce lithium est mis au rebut à la décharge avec les autres résidus. Une récupération serait théoriquement possible, mais ne vaut pas la peine car la matière première coûte actuellement bien moins cher. Si les quantités de recyclage et la demande de lithium devaient nettement augmenter au cours des prochaines années, cela pourrait bientôt changer.

Une nouvelle vie

Une batterie de vélo électrique mise au recyclage n’est pas forcément défectueuse. Sa capacité de stockage est trop faible (à partir de 40% environ) pour être utilisée sur un vélo. Ces batteries suffisent cependant comme accumulateur stationnaire. Ainsi, plusieurs batteries assemblées peuvent être utilisées en seconde vie comme système de stockage pour les installations solaires. Dans ce cas, il est cependant plus attrayant d’utiliser les batteries usagées de voitures électriques. De nombreux systèmes de stockage de ce genre sont déjà en service. Une autre possibilité est de réutiliser les différentes cellules des batteries usagées. Une batterie de vélo électrique se compose d’un grand nombre de petites cellules connectées en série qui présentent la forme cylindrique typique des piles d’appareils. Si une seule cellule est défectueuse, la batterie entière ne fonctionne plus. La start-up suisse Libation poursuit l’objectif de trouver les cellules encore fonctionnelles pour construire de nouvelles batteries à partir de celles-ci. Le défi consiste alors à contrôler la dégradation, la capacité et la sécurité et l’autodécharge des cellules. Ces batteries surcyclées ne sont pas encore prêtes à être commercialisées. Les premiers essais sur le terrain ont cependant déjà été réalisés. Elles pourraient être utilisées par exemple dans des petits véhicules, tels que les chaises roulantes ou les véhicules de nettoyage.

Filter schließen
Für die Filterung wurden keine Ergebnisse gefunden!
Derniers articles consultés